Jump to content

Recommended Posts

Ce lundi 6 juillet disparaissait Ennio Morricone, à l’âge de 91 ans et qui restera à jamais associé au western, à la suite de sa collaboration avec Sergio Leone sur la Trilogie du Dollar. Sa production pour la musique de film dépasse pourtant les 500 titres, de qualité variable comme le dira lui-même le maestro.

Ennio Morricone commencera à écrire pour le cinéma dans les années 50, en tant qu’arrangeur ou nègre de compositeurs plus connus. Dès lors, il se révèle très éclectique dans son style en s’essayant également au jazz, à des formes de musiques expérimentales ou de la musique pop. Ainsi il écrira notamment pour Mireille Mathieu ou Zucchero.
Le début de sa carrière pour le cinéma se fera sur des comédies légères italiennes, genre auquel il reviendra plusieurs fois et écrira notamment pour la Cage aux Folles. C’est en collaborant en 1964 avec Sergio Leone, qu’il avait rencontré sur les bancs de l’école que la carrière du maestro italien prendra de l’essor.
Dans sa collaboration avec Leone, les restrictions budgétaires auxquelles il sera confronté obligeront Morricone à recourir à des orchestrations peu habituelles alors, en intégrant des effets sonores tels que des armes à feu mélangés à des effets mélodiques pour reproduire les sons de l’environnement. Le célèbre aboiement du coyote dans Le Bon, la Brute et le Truand notamment. L’écriture très typée est riche de motifs fortement évocateurs, avec parfois une adéquation parfaite aux images marquera beaucoup les esprits. Michel Polnareff s’en inspirera très fortement pour écrire la partition de La Folie des Grandeurs et cette approche influencera certainement Hans Zimmer dans son écriture très portée sur le sound design.
A noter au passage que pour parfaire l’adéquation de la musique et de l’image Sergio Leone allait jusqu’à diffuser la musique de Morricone lors du tournage pour accorder le rythme et l’ambiance des scènes filmées.

La collaboration avec Sergio Leone ouvrira à Morricone la voie à d’autres collaboration dans le genre du western avec lequel il demeure irrémédiablement associé. Citons par exemple, Sergio Sollima pour qui il écrira la partition de La Cité de la Violence avec Charles Bronson et dont Tarantino reprendra des extraits dans Django Unchained. Le film sera d’ailleurs le premier pour lequel Morricone écrira une musique originale, le réalisateur avait depuis Kill Bill l’habitude de citer ses œuvres issues d’autres films. Tarantino et Morricone collaboreront finalement sur The Hateful Eight qui vaudra au compositeur son unique oscar après six nominations. A noter que ce film utilise également de la musique écrite pour l’Exorciste II et The Thing.

A titre personnel, Ennio Morricone restera toujours associé à mes plus anciens souvenirs de cinéphile ou de mélomane aux côtés de Leone, Hitchcock ou de Williams. Qu’il s’agisse d’avoir gravé des images/mélodies indélébiles dans ma mémoire ou pour avoir cultivé mon intérêt pour la musique. J’ai en effet passé d’innombrables nuits à écouter et transcrire à l’oreille ses compositions, en étant parfois perplexe quant au caractère très évocateur et polyvalent de ses mélodies. Ou comment certaines de ses compositions comme Chi Mai ont pu se rendre inséparables de leurs réutilisations comme dans Le Professionnel.

 

 

 

 

 

 

 

  • Sad 1

Share this post


Link to post

Ce 24 juillet le violoncelliste Yo-Yo Ma, qui avait donc collaboré avec le Maestro italien pour produire une série de réarrangements avec soliste, va donner un concert hommage avec le Boston Symphony Orchestra:

https://www.yo-yoma.com/events-archive/yo-yo-ma-live-on-idagio-homage-to-ennio-morricone/

Le concert sera diffusé (moyennant paiement) sur la plateforme Idagio.

Je vous avais déjà parlé de l'album de la collaboration, Yo-Yo Ma plays Ennio Morricone (https://www.hraudio.net/showmusic.php?title=3488) dont j'avais posté plus haut quelques extraits.
À noter que Yo-Yo Ma avait également collaboré avec John Williams pour quelques arrangements de sa partition de Memoirs of a Geisha et des compositions hors musique de films.

Share this post


Link to post

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×