Jump to content

Recommended Posts

Ecrit par Wentworh Miller dont, à ma connaissance, il s'agit du premier scénario et réalisé par Park Chan-Wook (Old Boy) avec Mia Wasikowska (India), Nicole Kidman (Evelyne) et Matthew Goode(Charles). Mis en musique par Clint Mansell (Requiem for a Dream, Black Swan) avec une pièce de Philip Glass (le duo sur piano à 4 mains)

Le film débute avec ce qui s'avérera être la dernière scène du film, et le début d'un flashback qui nous ramène à l'enterrement du père d'India décédé dans des circonstances suspectes. Du genre renfermée, cette jeune fille de 18 ans et sa mère Evelyne avec qui les relations ne sont pas très harmonieuses voient débarquer dans leur vie le frère du défunt dont elles connaissaient à peine l'existence. Personnage énigmatique qui cherche à obtenir les faveurs des deux femmes. Si Evelyne y succombe rapidement, India fait de la résistance tout comme elle semble rejeter tout le monde à l'exception de son père.

J'arrête ici le synopsis pour ne pas dénaturer l'intrigue qui se déroule dans une atmosphère pesante qui n'est pas sans lorgner du côté de Hitchcock dont l'influence sur le réalisateur et le scénariste est plus que palpable. Interdit au moins de douze ans, le film ose des situations et scènes politiquement incorrectes qui si elles ne sont pas particulièrement violentes ne manqueront pas de choquer. On nous parle clairement d'inceste. La narration est volontairement embrouillée, avec quelques flashback et réécriture en cours de route et des plans qu'il est assez difficile de contextualiser. Soyons clair le trio en tête d'affiche est dérangé, et India qui conte les faits nous en avertit dès le début, lorsqu'elle dit notamment qu'elle "voit et entends des choses que les autres ne peuvent pas voir ni entendre".

Mention spéciale aux interprètes d'India et Charles qui sont il me semble très bons, on regrettera simplement que le scénario n'ai pas étoffé d'avantage le personnage d'Evelyne qui se trouve être une potiche inutile. On peut trouver que le scénario est un peu bancal par instant et je dois confesser avoir grincé des dents sur une des dernières répliques d'India cf le spoiler ci-après. Pour résumer je dirais que le film peut être compris de différentes façons, le nom de famille des personnages n'est certainement pas un hasard, et personnellement j'ai passé un moment intéressant quand même mais je ne peux pas recommander ce film à tout le monde. Je peux néanmoins saluer une réalisation très intéressante avec une mise en scène soignée. Ceux qui ont classé ça dans les films d'horreur/épouvante sont à côté de leurs pompes évidemment.

Ci-après quelques éléments sur le film:

  • Le nom de famille, Stoker, est je crois une référence évidente à Brahms Stoker, auteur de Dracula dont le personnage de Charles semble plus où moins s'inspirer, entre autres pour son emprise sur Evelyne et India mais aussi pour son côté sadique et malsain. Et puis l'affiche avec les goûtes de sang au niveau de son cou laisse peu de place au doute.
  • La scène de la douche, suggère quand même qu'India prend du plaisir à tuer, et personnellement j'ai trouvé particulièrement poussif le fait de la montrer en train de se masturber sur le souvenir précis du meurtre de Whip qui a essayé de la violer.
  • Il y a un plan qui revient deux fois où l'on voit une araignée courir sur les jambes d'India, si le côté morbide est probablement un clin d'oeil à la référence à Dracula, je crois qu'il y a aussi une métaphore qui représente la main de son oncle, avec ce que ça impliquerait. Je me base sur le fait que l'un de ces plans est placé juste après la première scène du duo à 4 mains au piano entre India et son oncle, visiblement gênée par son caractère intrusif. On voit d'ailleurs un court plan où elle sert les jambes.
  • Le fait qu'on montre séparément deux versions du meurtre de Whip, suggère que India est aussi folle que son oncle, je ne pense pas qu'il s'agisse d'une erreur du scénario. Par ailleurs, il semble que le film suggère au moins deux fois qu'elle a des hallucinations.
  • Avant de tuer le shérif à la fin, il y a un jeu de mot raté lorsqu'India lui dit "vivace affettuoso" stupidement traduit par "efficacement rapide". On est censé comprendre que c'est une indication de rythme et caractère sur une partition (la jeune fille est pianiste). Or cette phrase voudrait littéralement dire très vif et affectueux, ou très vif et tendre ce qui, outre l'erreur de traduction, serait je pense assez difficile à concilier. En général affettuoso est associé à des tempi lents, vivace étant très rapide.

Link to post

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...