Jump to content

Don_Angelo

Members
  • Content Count

    1,667
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    11

Posts posted by Don_Angelo

  1. Ah lala.... Que je comprends tellement.

    Quand je vivais chez mes parents c'était la même histoire. Il y avait un canapé et des fauteuils en cuir, la poser sur le canapé était exclu de peur d'abîmer le cuir. Il arrivait qu'elle se perde sur le trajet entre le salon et la cuisine lors d'un A/R encas. Et lorsque mes parents ont fini par acheter une table basse, qui a naturellement fini entre le canapé et les fauteuils, laisser la télécommande sur ladite table basse était aussi exclu parce que "laisser trainer des trucs sur la table basse ça fait désordre". Dans la logique de ma mère, qu'une table ou un bureau soit vide ça fait "ordonné". S'il y a des livres ou des objets quelconque posés dessus ça fait "désordre", la seule exception à cette règle c'était un pot de fleurs ou un bibelot...

    Toutes les compagnes que j'ai eu avaient la même logique déconcertante. C'est pourquoi le célibat peut avoir du bon !

  2. Je me suis regardé Die Hard 1 à 3 ce week-end. Bon films, le compositeur Michael Kamen a composé une bande originale très efficace qui connaît ses classiques avec des citations appuyées de Beethoven, Sibelius ou Brahms. J'ai passé un très agréable moment.

  3. Voici le programme :

    • Olympic Fanfare and Theme
    • Close Encounters of the Third Kind: Excerpts
    • Far and Away Suite
    • Harry Potter and the Philosopher’s Stone: Hedwig’s Theme
    • Harry Potter and the Philosopher’s Stone: Nimbus 2000
    • Harry Potter and the Philosopher’s Stone: Harry’s Wondrous World
    • Theme from Jurassic Park
    • Superman March
    • Indiana Jones and the Last Crusade: Scherzo for Motorcycle and Orchestra
    • Indiana Jones: Raiders of the Lost Ark: Marion’s Theme
    • Indiana Jones: Raiders of the Lost Ark: The Raiders March
    • Elegy for cello and orchestra (Bruno Delepelaire cello)
    • Solo: A Star Wars Story: The Adventures of Han
    • Star Wars: Episode V – The Empire Strikes Back: Yoda’s Theme
    • Star Wars: Episode IV – A New Hope: Throne Room and End Title
    • Like 1
  4. La plateforme de streaming Salto a mis à disposition l'intégralité de la franchise ainsi que les deux épisodes hors canon EON:

    • Never Say Never again, le remake semi-officiel de Thunderball dans lequel revenait Sean Connery et alors même que Roger Moore incarnait James Bond.
    • Casino Royal, la première adaptation cinéma du roman de même nom qui était une parodie.
  5. J'ai déniché un exemplaire de la bande originale de Kings Row (avec un certain Ronald Regan) publié par Varèse Sarabande, donc au minutage franchement chiche. Pour la petite anecdote, on dit souvent que John Williams en a pompé le thème principal pour l'ouverture de Star Wars, mais c'est surtout une très belle bande originale de facture classique au charme désuet et signée Korngold. La légende raconte que Regan en aurait fait jouer des extraits pour son investiture à la Maison Blanche.

  6. La bande originale de No Time to Die, à paraître officiellement le 1er octobre a fuité en début de semaine. Un gros effort m'a été nécessaire pour me plonger dedans sans a priori, et en première écoute j'en conserve le souvenir d'une partition très disparate. Le caractère tantôt mélancolique, tantôt très sombre prend aux oreilles et semble omniprésent. Il s'y développe en effet une certaine menace méphitique et presque sans contour qui, si elle décrit certainement l'antagoniste de Bond, lui donne une importance jusque là inédite. C'est certainement la réussite inattendue de cette bande originale, même si la mélancolie en question s'exprime dans des mélodies sans réels contours ou caractère. Exemple flagrant: les sept minutes dans lesquelles s'embourbe la piste Final Ascent et qui ne se distingue que par la citation de la chanson titre. 
    Fidèle à lui-même Zimmer s'autocite à foison et l'on a l'impression de passer de Bond à Inception ou plus fréquemment de Bond à Dark Knight (une section ressemble même à s'y méprendre à Pirates of the Caribeans). Si l'on fait exception du thème de Monty Norman, ces autocitations sont plus fréquentes que les thèmes de la franchise James Bond qui s'avèrent placées ça et là, non sans une certaine maladresse parfois. Il y a même une citation appuyée d'une bande-annonce d'un précédent Bond de Daniel Craig. Si on ne peut nier que Zimmer a un talent certain pour le sound design et l'underscoring, les ambiances électros sont d'un glauque assez réussi, les imitations de ses prédécesseurs s'avèrent plutôt maladroites. À titre personnel, le post-traitement très agressif appliqué aux cuivres dans certains passages pour mieux s'intégrer à ces ambiances m'a franchement gêné. J'ai trouvé par ailleurs que l'accent mis sur les séquences d'action s'est avéré fatigant à l'écoute.

    Cette bande originale est difficile à écouter seule et s'il y a fort à parier que son intégration à l'image fonctionnera bien, elle ne livre aucun thème mémorable qu'il soit neuf ou ancien et n'a pas la consistance requise pour subsister en dehors du film. Par ailleurs, celle-ci souffre du travers actuel des franchises vieillissantes consistant à saupoudrer de nostalogie un amas qui serait sans cela bien terne.

  7. Hola, plusieurs idées en vrac sur ce que tu peux lui trouver:

    • Une application de piano (sur tablette) pour un peu d'éveil musical.
    • Une application de ear training (bon si tu veux en faire une musicienne)
    • Des petits puzzles:
      • Braid
      • Des déclinaisons de Tétris/Columns
      • Des déclinaisons de Lemings
      • Du sudoku
    • Une application d'apprentissage de langues étrangères
  8. Le film incitant, à mon sens à spéculer sur sa propre intrigue voici le prisme à travers lequel je l’ai digéré.
    Le Livre VI se terminait sur Arthur donnant le pouvoir à Lancelot, pour lui laisser la chance de réussir là où il avait échoué. Les deux derniers livres insistant respectivement sur :

    • L’échec d’Arthur en tant que chef d’État, au-delà de la quête du Graal, et sa méconnaissance des problèmes rencontrés par son peuple. Cela s’illustre notamment par la confrontation entre la recherche de sa descendance et sa découverte de la mortalité infantile dans la population paysanne. Constatant ce triple échec, il ne s’estime plus digne de sa condition d’élu des dieux et de souverain légitime du Royaume de Logres.

     

    • L’importance qu’accorde Arthur à être un bon chef d’État et un chef de guerre légitime ainsi que son inquiétude quant à assumer son rôle d’élu des dieux. Cela s’illustre par la relation qu’il entretient avec César qui nous permet d’explorer son complexe de l’imposteur.

    Les dernières images du Livre VI nous montrent que Lancelot s’engage sur le chemin de la tyrannie, sous l’influence de Méléagant, et qu’il compte bien saisir l’opportunité de montrer qu’il vaut mieux qu’Arthur. Le film s’ouvre sur le constat que la politique de Lancelot a conduit le royaume à la ruine, qu’il s’est mis à dos le peuple et qu’il n’a pas trouvé le Graal (il ne s’est d’ailleurs pas débarrassé de tous les « débiles ») : la décennie écoulée a donc montré son échec à prouver sa supériorité sur Arthur en tant que chef d’État. À la lumière de ce constat auquel il est confronté quotidiennement, je lis le personnage de Lancelot comme désabusé. Plusieurs scènes montrent par ailleurs qu’il prend peu de décisions quant à la conduite du royaume, suggérant qu’il a laissé s’instaurer les mêmes manigances qu’Arthur souhaitait éviter avant son accession au trône du royaume de Logres. Un autre aspect, sur lequel cette fois le film insiste également sera la propension de Lancelot à se laisser conduire par ses obsessions (sa traque d’Arthur et Guenièvre entre autres) et contrairement à ce que montrait le Livre V, Méléagant y semble cette fois étranger. Je ne peux m’empêcher d’y voir un acharnement de Lancelot à détruire le legs d’Arthur, probablement en parallèle à la recherche infructueuse de la descendance de ce dernier qui conclut le Livre V.

    La finalité de l’arc d’Arthur nous est indiquée dès la fin du Livre VI, la trilogie que ce volet initie doit nous montrer comment Arthur redevient un héros. Après avoir fui ses responsabilités et ses échecs, il est amené à rencontrer les anciens chevaliers, malgré ses réticences alors même qu’il est activement recherché par Lancelot. En dépit de son refus initial, un concours de circonstances l’amène finalement à prendre la tête du mouvement de résistance pour mener un assaut sur la forteresse de Kaamelott. Une situation qui n’est pas sans rappeler un des conseils de César, son mentor du Livre VI. Dans le film, le fait qu’Excalibur ne flamboie plus, alors même qu’il l’a retirée du rocher, contribue probablement à entretenir les doutes d’Arthur quant à sa légitimité. Toutefois, puisqu’il a pu l’extraire contrairement à tous les Bretons, j’interprète cela comme le fait que les dieux le mettent à l’épreuve : l’incitent à prouver qu’il est digne de l’exceptionnelle destinée que l’épée reconnaît en lui. Il est important de noter que pour la première fois, le film atteste des capacités de chef de guerre d’Arthur, le montrant mener avec succès le peuple burgonde (présenté comme les plus inaptes) dans l’assaut contre la forteresse. Ceci en insistant jusqu’à présenter comment Arthur a appris le mode opératoire victorieux, à travers les flashbacks de sa jeunesse dans la légion. Ce succès, mettant probablement fin à une série d’échecs, et le deus ex machina d’Excalibur lors de la confrontation avec Lancelot rend d’autant plus incompréhensible la résignation avec laquelle Arthur choisit de s’abandonner dans la destruction de la forteresse. S’agissait-il pour lui de s’offrir une mort honorable au combat après avoir triomphé de son ennemi, ou le relent de sa dépression latente ? Le fait qu’il épargne Lancelot, alors même que la mise en scène fait un parallèle avec le dernier flashback dans la légion apparaît contradictoire et brouille lui aussi la compréhension des enjeux derrière les actions d’Arthur. Ces épisodes sont des anomalies dans l’arc narratif du personnage et en tant que telles, il aurait été souhaitable, à défaut de les expliquer complètement, de les étayer/expliciter.


    J’écrivais au sujet de Perceval que son personnage subissait ici une régression, voici pourquoi. La série le dépeint d’abord comme foncièrement stupide, avec toutefois une certaine empathie. En particulier envers Arthur. Les jeux aux règles complexes, ainsi que ses aptitudes mathématiques sont toutefois un moyen de nuancer cette stupidité en le dotant d’une forme d’intelligence remarquable, tout en créant une sorte de décalage par rapport aux autres personnages. Notons en effet qu’Excalibur reconnaît à Perceval une destinée encore plus exceptionnelle que celle d’Arthur et enfin la révélation du Livre VI selon laquelle Perceval avait été trouvé dans un cercle de culture, qui dans la diégèse de Kaamelott est associé aux « extra-terrestres ». Le sous-texte autour de Perceval le place dans un statut de surhomme, voisin de celui des héros grecs tels qu’Achille. Le film casse cependant l’ambiguïté relative aux règles complexes des jeux du Pays de Galle, montrant la partie de Robobrol et ses règles indubitablement absurdes. Fait d’autant plus notable que cela contredit une scène du Livre V montrant Arthur demander conseil à Perceval sur les règles d’un de ces jeux, accréditant de facto le fait qu’il s’y trouve une forme de stratégie. À cette régression s’ajoute le fait que Perceval et son comparse Karadoc sont systématiquement placés dans des scènes à vocation comique, souvent potaches, ce qui laisse surtout l’impression qu’ils sont principalement utilisés pour faire du fan-service. Comme si à travers eux, Astier cherchait à contenter les fans déçus de la torpeur des derniers livres de la série. Ce sentiment se retrouve dans l’utilisation de personnages, tels que le roi burgonde, qui recyclent leurs répliques cultes sans parvenir à retrouver leur impact comique initial.
     

  9. Il y a 4 heures, Dude76 a dit :

    moi en tout cas j'avais pensé que tu parlais du 1er de l'ère Craig :desole:

    Aha, dans tout le fil je parlais bien du premier Bond de Craig. Mis à part dans cette phrase: marathon bondien (duquel j'ai exclus la parodie de Casino Royale. 

  10. J'ai rédigé un complément de cet avis un peu succint mais il contient des spoilers. Si ça ne dérange pas je peux l'ajouter. Dans mon entourage les retours de ceux qui l'ont vu sont mitigés. Il y en a qui partagent mon avis et d'autres qui considèrent que je chipotte. Certains aussi s'en fichent mais bon... >)

  11. Kaamelott - Premier Volet reprend l’épopée arthurienne après une ellipse de dix ans. Passée la joie que déclenchait l’annonce de la sortie du film et à mesure que celle-ci s’approchait inexorablement, l’inquiétude quant à une éventuelle déception de plus en plus certaine ne pouvait que grandir. Car le moins que l’on puisse dire c’est que l’attente fut longue.
    Faisant fi de mes habitudes à vous partager mon avis à chaud, j’ai cette fois choisi de laisser décanter mes impressions sur ce film. Si le bilan est au global positif, Kaamelott souffre de quelques défauts non négligeables et m’inspire une certaine déception qu’une expectative entretenue plus de dix ne saurait à elle seule justifier.

    Passés les rires de situations ubuesques et dialogues savoureux, les costumes et décors à la hauteur des ambitions de Astier, la vignette post-générique, laisse une certaine amertume : le Livre VI s'arrêtait lui aussi avec son récit inachevé, et nous repartons donc avec des questions et bien peu de réponses. Le scénario de ce premier volet, qui doit déboucher sur une trilogie, est la première source de déceptions. De ce point de vue, Alexandre Astier tombe dans au moins trois écueils :

     

    • Les motivations de Lancelot ne sont pas très claires, et il y a un décalage dérangeant entre la manière dont les autres le décrivent (un tyran sans scrupule) et ce que le film montre effectivement (il est presque transparent).

     

    • Plusieurs personnages, comme Perceval et Karadoc ne sont que des archétypes. Dans ce cas précis, trop stupides en toutes circonstances pour qu’on puisse les confondre avec des êtres humains. La série avait l’énorme avantage de la longueur, lui permettant d’alterner des situations d’humour très absurdes avec des moments largement plus sérieux qui contribuaient à donner un supplément d’âme à des personnages sans lequel ils seraient caricaturaux au dernier degré. Ajoutons qu’ils tourneraient en rond sans cela et que dans le cas de Perceval, celui-ci opère une régression significative depuis la fin de la série.

     

    • Comme le Livre VI, ce volet comprend des flashbacks de la jeunesse d’Arthur à la Légion. Si l’un d’entre eux à un rapport immédiat avec l’intrigue, les autres sont manifestement l’amorçage d’un fusil de Tchekhov dont la résolution n’interviendra que plus tard. Ce qui en l’état ne fait qu’accroître l’amertume ressentie quant à l’histoire inachevée qui apparaît alors comme décousue. On aurait en effet souhaité à court terme que l’auteur livre une histoire avec une conclusion satisfaisante, bien qu’incomplète, plutôt que de s’appesantir sur ce qui demeure en l’état du détail.

    S’il n’est pas à proprement parler un écueil, l’arc narratif de Arthur pose également un problème : il n’est ni stationnaire ni résolu au terme du premier volet. Et à mon sens, Astier n’en a pas dit assez dans le sens où la progression plutôt modeste de cet arc est assez diluée. Comme les enjeux de Lancelot, ceux d’Arthur sont flous au point que la fin du film paraît artificielle : ne pouvant conclure cet arc au premier volet, sa progression est interrompue arbitrairement. Le film en dit si peu qu’il laisse le spectateur spéculer, écrire les enjeux qu’Astier ne fait que suggérer et sans lesquels le film n’aurait pas de sens. Certains argueront qu’une œuvre que le public peut se réapproprier pour en compléter à loisir la diégèse est un gage de richesse. Less is more, résumerait-on en anglais.
    Le fait est qu’il nous faut invoquer la série et non le film pour tenter de comprendre les enjeux d’Arthur et Lancelot, et donner du sens à leurs actions. L’équilibre délicat à trouver entre paraphraser la série pour mieux expliquer et sous-expliquer est, à mon sens, manqué. C’est sur cet aspect que j’attends principalement le prochain volet.


    Kaamelott - Premier Volet se révèle être distrayant en dépit des faiblesses évoquées et pourra satisfaire les spectateurs que la torpeur des livres V et VI avait laissés sur le carreau. 
     

×
×
  • Create New...