Aller au contenu
Don_Angelo

[Cinéma] Star Wars VIII - Last Jedi

Messages recommandés

Petit sujet en attente de complétion, j'ai une réservation pour le voir le jeudi 14 dans la soirée, et corrigerait ce sujet avec la critique en sortie de séance. Comme pour la sortie de l'épisode VII il n'est pas possible d'en écouter la bande originale avant le 15, le contenu ayant été dévoilé aujourd'hui afin de ne pas spoiler l'intrigue. Ce sera également l'occasion de vérifier les pronostics que j'ai fait sur la trame.

Partager ce message


Lien à poster

La critique qui va suivre est rédigée de manière à ne rien dévoiler de l'intrigue, là où je suis généralement assez peu avare de détails. Aussi je ne pourrai pas me montrer aussi analytique que je le souhaite. Je rédigerai toutefois une critique plus fouillée ce samedi.

Ryan Johnson, réalisateur et auteur du scénario de Star Wars VIII : The Last Jedi a la lourde tâche de rectifier le tir après son négligeant prédécesseur. En voyant son travail sur le film je dirais qu'il FAUT regarder The Force Awakens afin de comparer le travail d'un auteur respectueux de l'univers qu'il emprunte et qui le comprend, à celui d'un tâcheron sans talent. A la différence de Abbrams qui a régurgité une bouillie infâme et sans le moindre respect pour le public, Johnson réussit à conter une histoire nouvelle en réutilisant tout de ce que nous avons vu dans la trilogie originale.

Ce n'est pas sans maladresses, qui sont pour certaines de claires ingérences du studio ou du cahier des charges, le premier quart d'heure semblant reproduire les mêmes erreurs que le film précédent. Johnsson a l'intelligence de filer une métaphore éculée de notre cher Obi Wan, Your eyes can deceive you don't trust them, à divers degrés. Tant et si bien qu'il prend un malin plaisir à tantôt suivre nos attentes, tantôt les retourner dans une série de set-up pay off dans l'ensemble très bien amenés.  Le point culminant de ce travail est la première partie de la conclusion, réalisant le tour de force de rendre sa dimension mystique à la Force sans se lancer dans la surenchère ridicule des combats de la prélogie et surtout offrant à l'arc du personnage de Luke une excellente conclusion. Dans un blockbuster aussi calibré il fallait l'oser, et c'est une réussite qu'il faut applaudir. Oui, Rey, Finn, Poe et les personnages ont un arc narratif cohérent et développé, les batailles sont bien filmées et ont de l'impact. Il y a du fan service, mais surtout une vraie grammaire visuelle reprise des films originaux et modernisée sans que cela ne soit forcé ou excessif.

La seconde partie de la conclusion rend sa dimension épique à l'histoire, et outre son rôle de conclusion nous projette nous spectateurs face aux rêves, enseignements et espoirs que la trilogie originale nous a apporté. Non ce film n'est pas parfait, Johnsson ne parvient pas à éviter certains écueils dans son écriture trahissant des artifices grossiers mais essentiels pour le dessein global ou encore le leg détestable de son prédécesseur. Mais quand cela permet de sauver des personnages aussi médiocres que les Rey ou Kylo du film précédent...Souhaitons que Abbrams retienne la leçon pour la conclusion, et que Disney persévère dans cette révision de sa copie. Clairement une bouffée d'oxygène bienvenue dans cette saga.

Un mot sur la partition du film que je réécoute en écrivant ses lignes. Loin d'égaler le Williams de la grande époque elle contient quelques belles fulgurances et réécritures de thèmes familiers. Mention spéciale au thème de Leia dans la scène de l'attaque de son vaisseau et dont les prémisses visuelles sont dans la bande annonce.

Pour te répondre directement Dude, tout critique qui préfère The Force Awakens à ce film est totalement à côté de la plaque ou n'a rien compris au film. Je le recommande sans réserve. Le film est toutefois inférieur à tous les opus de la trilogie originale et je le répète n'est pas exempt de défauts rédhibitoires.

Partager ce message


Lien à poster

En y repensant à froid, car j'écrivais en sortant de la salle, il me semble avoir été un peu trop indulgent sur les facilités scénaristiques. Il est clair qu'il y a des incohérences mais elles ne servent pas toutes le dessein globale du film. Certaines scènes sont très mal écrites, et l'humour potache passe assez mal. Il me semble qu'après un second visionnage mon opinion serait beaucoup plus clivante.

La score n'est vraiment pas bonne, surtout à l'écoute séparée. Je n'ai pas retrouvé toutes les fulgurances que j'ai entendu dans le film, car la bande originale ne contient pas tout ce qui est dans le film, mais il y a un cruel manque de continuité dans l'écriture. Une fois de plus, Williams excelle dans une écriture décantée et très organique, mais la tendance récente à vouloir une partition purement asservie à l'image ne lui réussit pas. Peu de nouveaux thèmes, et aucun ne marque vraiment. Pour s'en convaincre il suffit d'écouter le traditionnel meddley final résumant les moments forts de la partition. C'est circonstanciel, par moment très beau mais sans impact et avec même quelques maladresses. Le vrai problème réside dans le fait de citer des thèmes très disparates sans avoir la possibilité d'écrire les transitions nécessaires à la cohérence du propos. On a donc souvent l'impression de "zapper" d'un thème à l'autre aussi beau soit-il.  Non vraiment il est difficile de pardonner à Williams d'écrire des thèmes qui ne marquent pas alors même que, d'ordinaire les thèmes distinctifs sont sa marque de fabrique.

Partager ce message


Lien à poster

J'attends donc d'autres avis (dont ton avis revisité, Don_Angelo).

Car l'épisode VII m'a pas mal déçu (j'ai largement préféré Rogue One, sans entrer dans les détails), aussi j'hésite à aller voir le suivant (d'autant que pour le voir en VO depuis ma campagne, c'est un sacré trajet, et je suis (trop) pris par le boulot).


Donc si nécessaire j'attendrai une sortie Bluray, car quelqu'un autour de moi l'achètera forcément. Et comme j'ai un projo... on fera "comme si".

Partager ce message


Lien à poster

Contrairement à ce que je disais, et j'en suis désolé, écrire une revue plus détaillée ne me sera pas possible car je n'ai pas le courage de retourner voir ce film au cinéma. Le tarif de presque 13€ pour une séance en VOST SANS LA 3D n'y est pas pour rien. Il faudra donc vous contenter de ce modeste complément rédigé d'après mes souvenirs et avec le recul de mon premier visionnage.

Outre le fait qu'il souffre de passer après un film vide qui ne pose rien, ce film a deux problèmes majeurs :

- La Marvelisation de l'univers et plus généralement un problème d'homogénéité du ton. Star Wars ça doit être épique et cela passe par des personnages et des situations que l'on peut prendre au sérieux. Ce qui semble difficile lorsque l'on cale des blagues potaches.

- Une trame dont certains enjeux sont trop artificiels.

La Marvelisation commence dès la scène d'ouverture, où Huxx dans un surjeu particulièrement poussif fait tout ce qu'il peut pour se donner l'air menaçant alors même que Poe Dameron se permet de le vanner de la manière la plus irrévérencieuse possible. La mise en scène appuie délibérément sur le ridicule de Huxx, se plaisant par ailleurs à souligner que n'importe lequel de ses subalternes a plus d’aplomb. Peut-on imaginer un instant Han Solo vanner Vader ? Plus qu'un trait d'humour à destination du spectateur, cette scène trouve sa justification dans le scénario puisque Snoke explique plus tard que Huxx n'est qu'un pantin aisément manipulable qu'il a délibérément placé à ce rang en étant parfaitement conscient de son incompétence. Il faut également préciser que certains officiers impériaux montrent qu'ils sont conscients de l'incompétence de Huxx, ce qui annule totalement sa crédibilité. Donc sur les trois antagonistes potentiels (Huxx, Snoke et Kylo Ren) il n'y en a aucun qui puisse incarner une quelconque menace crédible. En effet, Snoke est écrit sur le modèle de l'Empereur et reste donc à distance des événements. Le personnage de Kylo Ren est lui présenté comme potentiellement tenté par un retour vers le côté lumineux. La seule menace palpable est donc la flotte du Premier Ordre qui pourchasse la Résistance et dirigée par un général présenté comme particulièrement incompétent. S'ajoute au problème quelques gags visuels que l’on croirait sortis tout droit d'une farce. Un seul exemple : un travelling inversé sur un vaisseau en train d'atterrir, dont la forme rappelle un fer à repasser et qui révèle… un fer à repasser.

Certaines des péripéties ne sont possibles qu’en raison de décisions prises en dépit du bon sens. Ainsi la mutinerie au sein de la Résistance se déclenche car leur générale refuse d’expliquer les raisons de sa stratégie non-viable. La décision semble tellement stupide qu’elle est alors soupçonnée de trahison. Aucune raison à son geste n’est donnée dans le film. Il est fort possible que cela tienne à la métaphore évoquée dans le billet précédent, mais cela n’en demeure pas moins trop artificiel. On ne peut pas invoquer un effet de style pour justifier une incohérence de ce genre. Dans le même registre, Leïa montre à son poignet une balise de localisation « cryptée » à son poignet, et dans la même scène s’étonne que le Premier Ordre puisse les localiser dans l’hyper-espace. Il s’avère que cette balise n’est pas responsable, suite à une pirouette scénaristique plus grotesque encore. L’enchainement n’en demeure pas moins d’un ridicule irrécupérable.

Évoquons les bons aspects de ce film, et il y en a beaucoup. Parmi les enjeux majeurs du film, le tiraillement de Kylo Ren mis en parallèle avec la quête identitaire de Rey, qui contribueront à les rapprocher. En effet, par le biais de la Force, Rey et Kylo peuvent communiquer et percevoir leurs émotions mutuelles. Ainsi, chacun essayera de retourner les allégeances de l’autre. Le film réussit habilement à entretenir le doute quant à l’issue de ce jeu de tentation. A cela s’ajoute le personnage de Luke, réintroduit comme un mentor désabusé après avoir échoué à former Ben Solo. En proie à ses démons, il se persuade que les Jedi sont responsables de la résurgence des Siths lors de la prélogie. Il est difficile de s’étendre sur ces aspects sans dévoiler des éléments essentiels de l’intrigue.  Mais ces développements sont des enrichissements intéressants de l’univers Star Wars. De plus ils constituent l’essentiel de l’arc narratif des personnages de Kylo, Rey et Luke. La quête identitaire de Rey y trouvera une réponse, qui contrairement à ce qui a été beaucoup dit, n’est pas une non-réponse. J'ajoute que le climax du film tient à la résolution d'un de ces arcs et permet donc de lui insuffler un enjeu non négligeable.

J’aurai souhaité répondre à quelques critiques stupides et faux problèmes dénoncés ça et là, à commencer par l’arc de Luke tant décrié par certains. Ce n’est malheureusement pas possible sans dévoiler toute l’intrigue. A voir si un sujet avec spoiler n'est pas une solution. Sur l'arc narratif de Luke, il est totalement justifié et parfaitement logique. On ne peut que finasser sur la toute fin, et cela relève exclusivement d'un choix tout aussi valable qu'un autre.

Partager ce message


Lien à poster

Vu hier, et même pas en 3D :) ( oui, ça c'est un détail dont on se fout)

Franchement, pas mal, mais avec les avis lus ici et là, je pense que j'avais "baissé mon niveau d'exigence".

Je ne vais pas revenir ce tout ce qui a été dit ci-dessus, tout ça me semble assez/très juste.

Après un épisode fort douteux (auquel j'étais prêt à accorder une seconde chance selon les développements de cet opus et du prochain), j'ai eu le plaisir de renouer avec cette sensation d'un vrai Star Wars. Très critiquable, mais au moins dans l'esprit SW.

En défaut, je dirai que j'ai quand même eu cette impression, en sortant de la séance, d'un film ... vide. Sur le plan du scénario, il ne se passe vraiment pas grand chose, beaucoup de remplissage.

Par contre, en aspect positifs, j'ai notamment apprécié le rôle de Luke (surtout toute la dernière ligne droite), et notamment sa position/vision sur la Force et l'ordre des Jedi.

Partager ce message


Lien à poster

Pas trop le temps de développer mais je fais partie de ceux qui ont adoré. J'aime le changement, l'humour et le parti pris dans cet épisode. Même si certaines choses qui me déplaisent (le final de Luke). Il faudra que les haters qui croient être "les vrais fans" comprennent que la franchise ne leur appartient pas et que cette trilogie comme la précédente met en scene de nouveaux personnages dont les anciens cèdent leur place. Et que certains codes ne doivent pas forcément être respectés.

De ce que je ressent au niveau des critiques c'est : L'épisode VII est mauvais parce qu'il est trop similaire à SW. L'épisode VIII est mauvais car trop différent.

Aprés il y a certaines scenes completement inutiles et des messages moralisateurs sans interet ni réponse. Pourquoi moraliser sur la vente d'armes pour finalement n'apporter aucune réponse ? Pourquoi cette scene sur la planete-casino qui n'apporte rien à l'histoire si ce n'est qu'une répétition de défaites ?

Reste des combats spatiaux absolument dantesque et ceux aux sabres laser bien plus inventifs avec la force sans partir dans les chorégraphies WTF de la prélogie.

Partager ce message


Lien à poster

A mon sens les critiques sur la scène du casino, mettant en avant le fait qu'elle ne fait pas progresser le récit est un non-sens. Non cette scène ne sert pas à rien, en fait la deuxième partie de la conclusion que je mentionnais ne fonctionnerait pas sans cette intro. Le but du jeu est bien d'établir qu'à côté du conflit entre l'alliance/rébellion/résistance et l'empire/premier ordre il y a des personnes qui en pâtissent sans forcément appartenir à l'un ou l'autre des camps. C'est un aspect des deux premières trilogies que l'on ne voyait pas. J'ai personnellement eu du mal avec les séquences ajoutés à la fin du Retour du Jedi où l'on nous montre des scènes de liesses dans les populations civiles sans nous avoir montré une scène où cette même population subit le joug de l'empire.

J'aime le fait que l'on nous montre que la fédération du commerce que l'on voyait dans la prélogie est toujours là mais de manière plus discrète. Cet aspect ne sera probablement plus abordé et restera certainement anecdotique dans la suite. Ce n'est pas le film en lui même qui est à blamer pour ce point, mais bien la méthodologie globale derrière cette nouvelle trilogie. Clairement l'épisode VII n'avait aucune feuille de route et n'a rien mis en place, il n'y a aucun dessein global dans cette nouvelle trilogie. 

Partager ce message


Lien à poster

Vu il y a quelques jours. Effectivement, le film souffre d'une trop grande "marvelisation": trop de gags et trop de bestioles aux grands yeux. Merci Disney.

Je n'ai ni aimé ni détesté. En fait il m'a au mieux laissé indifférent, au pire agacé (scénario bancal, situations convenues et prévisibles...). Un film vite vu vite oublié mais au moins je peux dire que j'ai vu le dernier Star Wars. Et c'est tout ce qui compte non? Allez, au suivant!

Partager ce message


Lien à poster
Le 31/12/2017 à 18:02, Don_Angelo a dit :

entre l'alliance/rébellion/résistance et l'empire/premier ordre il y a des personnes qui en pâtissent sans forcément appartenir à l'un ou l'autre des camps

Ca me fait penser à une scene de Clercks :)

 

Partager ce message


Lien à poster

warning spoil.

Je me suis souvenu d'un truc que j'ai trouvé que ça allait trop loin : lorsque Leia jour superwomen dans l'espace. Là c'était vraiment juste n'importe quoi. Pas d'ébullition du sang, à peine une petite gelée en surface de la peau. Ça ça m'a gavé.

Partager ce message


Lien à poster

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×